Titel: Emeutes de fevrier 2008 au Cameroun : Hypothèses d’un mouvement contestataire
Sprache: Französisch
Autor*in: Bityili bi Nleme, Benjamin Eric
Schlagwörter: Emeutes; Jeunesse; Mouvements contestataires; Cameroun; Douala; Yaoundé
Erscheinungsdatum: 2022-05-19
Tag der mündlichen Prüfung: 2017-12-20
Zusammenfassung: 
En février 2008, suite à une grève de la confédération des transporteurs urbains et interurbains contre la hausse substantielle des prix du carburant, des jeunes de certaines villes et villages de cinq régions sur dix au Cameroun se sont engagés dans un vaste mouvement de contestation pendant une semaine.
Contrairement à de nombreux pays de l'Afrique subsaharienne, où la violence est très répandue, le Cameroun a souvent été présenté comme une île de paix. Ces émeutes sont venues dévoiler un état de la société camerounaise où il n'est ni possible de rester insensible, ni d'accepter la situation, ni même de refuser de comprendre les raisons qui ont motivé les jeunes à vandaliser les fruits de tant années de difficultés.
Si le citoyen que je suis ne pouvait pas voir qu'il était urgent d'agir contre les germes de la violence, le chercheur que je suis a toutefois ressenti le besoin de trouver une explication profonde et scientifiquement pertinente pour rendre compte de ces événements et tenter de leur donner un sens.
Cette étude cherchait à répondre à la question suivante : quelle est la chaîne de causalité des émeutes de février 2008 au Cameroun ?
A la lumière d’une lecture sélective sur les violences politiques et des données empiriques de mes recherches de terrain, l’hypothèse que je formule est que les émeutes de février 2008 sont l’expression d’une jeunesse qui avait mobilisé des ressources afin de dénoncer les diverses frustrations auxquelles elle est confrontée.
Afin de rendre ce postulat opérationnel, je l’ai décomposé en trois variables indépendantes : chômage, sous-emploi et pauvreté ; inflation des prix des produits de première nécessité.
L'amendement constitutionnel.
Pour sa vérification et sous une approche théorique éclectique, je me suis appuyé sur trois cadres d’analyse : la structure des opportunités politiques, la mobilisation des ressources et la frustration relative.
Méthodologiquement, j'ai utilisé une approche de méthodes qualitative. Dans les villes de Douala et de Yaoundé, j’ai distribué un questionnaire de soixante-quatre questions à trois cents jeunes. J'ai pu récupérer deux cent cinquante réponses à celui-ci, ce qui représente un taux de 83,33%.
De même, je me suis basé sur des documents publiés, des vidéos sur ces émeutes ainsi que des entretiens avec des jeunes y ayant participé et libérés de prison, et aussi sur les déclarations et témoignages de divers leaders d’opinion.
Sur la base des résultats de mes enquêtes, le chômage et l’inflation des prix ne sauraient être les causes de ces émeutes. La vraie raison était celui de l'amendement constitutionnel et par extension la longévité du président Paul Biya au pouvoir. Dans un environnement aux opportunités politiques bloquées, une étude sur les réseaux sociaux en tant qu'espace de protestation semble être une voie prometteuse pour les recherches futures.
URL: https://ediss.sub.uni-hamburg.de/handle/ediss/9751
URN: urn:nbn:de:gbv:18-ediss-102395
Dokumenttyp: Dissertation
Betreuer*in: Jakobeit, Cord
Enthalten in den Sammlungen:Elektronische Dissertationen und Habilitationen

Dateien zu dieser Ressource:
Datei Beschreibung Prüfsumme GrößeFormat  
Dissertation (1).pdf865739ec365316c85a2894aa5887d2283.64 MBAdobe PDFÖffnen/Anzeigen
Zur Langanzeige

Info

Seitenansichten

77
Letzte Woche
Letzten Monat
geprüft am 06.12.2022

Download(s)

155
Letzte Woche
Letzten Monat
geprüft am 06.12.2022
Werkzeuge

Google ScholarTM

Prüfe